" La vie est un long fleuve tranquille... Lol, le mec qui a dit ça a pas du ramer longtemps... "Ce moment gênant où....♦ T'attends un SMS et tu te rends compte que c'est toi qui n'a pas répondu.♦ Ton père dis un mot en verlant devant tes amis.♦ T'écris quelque chose correctement, mais t'as quand même l'impression d'avoir fait une faute.♦ Tu fonces dans l'armoire et que tu ne te retrouve pas dans le monde de Narnia.♦ Tu sors de la douche et que tu réalises qu'il n'y a pas de serviette.♦ Tu réalises qu'il n'y a plus de papier toilette.♦ "Il" est en faite "elle".♦ Un mec a de plus gros seins que toi.♦ T'es le seul à rire de ta blague.♦ T'as quelque chose de drôle à dire mais le sujet de la conversation a déjà changé.♦ Quelqu'un est accusé d'une chose que t'as faite.♦ En lançant ton portable sur ton lit, il rebondit sur le mur, fait tomber un verre et tue ton chat.
On dit que la vie est belle, qu'elle est simple, mais bordel,ça aurait été beaucoup plus facile avec un mode d'emploi non ? Ça éviterait au moins d'avoir l'air con.
29/10/13 ● création du forum. 09/11/13 ● ouverture du forum. 01/12/13 installation de la deuxième version du forum.
THAT AWKARD MOMENT est la propriété de ses administrateurs. L'intégralité du design a été réalisée par leur soin.Merci de respecter leur travail et celui de leur membre. Toute copie sera signalée et sanctionnée.

aides-nous en faisant remonter le sujet du forum régulièrement ♥
► votes pour TAM toutes les deux heures sur les top-sites ♥
La loterie de Noël est arrivée, n'hésitez pas à acheter votre ticket, pleins de lots à gagner !
RENDEZ-VOUS ICI
TOP PARTENAIRES
Nous demandons un minimum de 5 lignes dans les posts ainsi qu'une orthographe convenable. Pour les pseudos, nous autorisons au maximum une initiale. Par soucis d'esthétisme.
harlow
ivo-leone
L'équipe de TAM vous souhaite la bienvenue ♥
N'oubliez pas de visiter notre tumblr : ici, nous tentons de le mettre à jour le plus régulièrement possible.
HERMES ET FOX ONT ETE ELUS MEMBRE DU MOIS ♥
« i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)
le forum a revêtit sa deuxième version, nous espérons qu'elle vous plaira grandement !
des nouveautés sur le tumblr ! -> ici + DONNER VOTRE AVIS -> ici

Partagez | .
 

 « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Posts : 182 : zac efron
ARRIVE(E) LE : 12/11/2013
sans emploi. / : 24 ans.
célibataire.

http://awkward-moment.1fr1.net/t203-hermes-radioactive

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: non (0/4) + EVENT
MessageSujet: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Dim 17 Nov - 19:08


i don't care, i love it, i don't care
Je descends les escaliers, le linge sale dans un bac à l’immonde couleur jaune canari que je supportais de moins en moins. Mais, ne servant que pour les machines, je m'y contraignais. La couleur n'avait pas à me plaire. L'objet devait avant tout être utile. Et il l'était. Alors je m'en contentais. Écouteurs dans les oreilles, j'allais probablement passé la prochaine demi-heure au sous-sol à surveiller le tambour tournant de la machine à laver. De la musique était donc indispensable. Pour ma survie et celle de cet outil électroménager. J'ouvris la porte. Personne. J'en étais plus que ravi et posais dans cette bonne humeur mon bac sur la machine adjacente à celle que j'allais utiliser. En quelques coups de main, mes vêtements étaient mis. Je me préparais à refermer quand je me regardais enfin. « Allez, soyons fou. » Je retirais mon tee-shirt, mon jean et restais en boxer noir. Je lançais finalement la machine et posais le bac sur les bancs prévus pour s'asseoir et attendre (ce que je ne comptais pas faire sans rien faire).

Augmentant le son de mon Ipod quand le morceau entraînant d'Icona Pop débuta, je me mis à danser. J'enchainais les mouvements certains plus subjectifs que d'autres. Je m'amusais, seul, et passais le temps dans un art que j'adorais par-dessus tout. La danse était une passion. Une passion qui pourrait un jour devenir mon métier. Mais je pouvais toujours rêver. Jamais un gars comme moi ne pourrait atteindre un tel objectif et devenir danseur professionnel. Alors je dansais. En boîte. Dans ma chambre. Dans le salon. Au sous-sol. Et j'espérais toujours autant qu'un miracle survienne. Pour le moment, je me défoulais en attendant que mon linge soit propre avec, pour unique spectateur, moi et moi seul. « I don't care, I love it. I don't care. » Danser et chanter en sous-vêtement ne me gênait strictement pas. Tout comme l'un de mes colocataires la nudité n'était pas un problème. Au contraire, ma nudité était un atout considérable et il m'arrivait d'en jouer pour avoir les hommes que je désirais dans mon lit. Qui ne le ferait pas ? Ainsi, je dansais dans le sous-sol de notre immeuble en simple boxer pour ne pas effrayer la voisine qui pourrait venir et être choqué de me voir à poil dans notre laverie commune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 88 : jeremy Irvine
ARRIVE(E) LE : 15/11/2013
serveur and barman dans un club gay de soho / : vingt-trois ans
célibataire


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: 1/3
MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Dim 17 Nov - 21:58

You're from the 70's, but I'm a 90's b*tch
 L'appartement était bien calme quand je suis revenu de mon service. A quatre colocataires cela pouvait vite devenir fou et déluré, surtout avec nous. Voir, l'appartement ainsi vide aurait pu me tirer une petite larme, car va réclamer ton intimité avec nos vies et nos emploies du temps tous différents. Je me servis une soda bien frais avant d'aller récupérer mes vêtements éparpillés dans ma chambre. Non, je n'étais pas du genre ordonné. Ce cliché du gay n'était pas pour moi. On pouvait voir sur mon lit une tripoté de fringues et même un boxer accroché à un cadre au mur. J'avais dû l'envoyer dans un moment un peu fou en me déshabillant. Pas vraiment besoin de raison et débats passionnés à en faire transpirer les draps. J'étais assez fou pour écouter ma musique à fond sur mes oreilles dans mon ipod et me foutre à poil pour finir par danser sur mon lit.

Mais, là, j'allais plus me concentrer à réunir mes affaires pour les descendre à la laverie. Quand on bosse, il faut être irréprochable et si on a envie d'être disponible pour le "mâle" il faut être toujours prêt. Mon credo, un boxer propre tout les jours, on sait jamais sur qui on peut tomber. J'étais une chaudasse ? Je pense pas et je n'aimais pas cette féminisation. J'étais un mec. Homosexuel, mais très loin de ces clichés de l'homo efféminé, maniéré et folle. Bien sûr, certains gays étaient ainsi, et je n'avais rien contre eux. C'était tout simplement pas mon cas. J'étais normal. Je vivais avec mon temps et ma sexualité était un constant open-bar.

Descendant les escaliers, je m'attendais à beaucoup de choses. Non, car depuis que j'avais emménagé grâce à Hermès. J'en avais vu et fait des choses dans cette laverie. Si les murs pouvaient parler, cela tournerait vite vidéo porno. Mais, de voir mon colocataire en boxer noir entrain de danser au milieu des machines à laver me tira un large sourire. Je me posai contre le chambranle. Mon panier de linges sales à mes pieds et les bras croisés contre mon torse pour admirer ce spectacle. Je me moquais pas. Déjà, car mon colloc dansait bien et que nous avions les mêmes délires. On se ressemblait beaucoup, même si nous étions très différents. Nos passages nudistes au petit déjeuner tous les matins en avait surpris plus d'un. Quoi ? On aimait montrer nos jolies petits boules de mecs. Pourquoi cacher ce qui plaisait à nos conquêtes respectives ? A l'attendre marmonner, il devait écouter Icona Pop . L'envie de me mettre en boxer et de danser avec lui me titilla, mais avant je l'interpellai, ne sachant pas si Monsieur avait remarqué ma présence.  «HEY ! Sympa la danse. C'est ton rituel de rûte, Hem' ? Tu appelles ton mâle pour la reproduction ?» me moquai-je avec encore plus grand sourire qui monta jusqu'aux oreilles.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 182 : zac efron
ARRIVE(E) LE : 12/11/2013
sans emploi. / : 24 ans.
célibataire.

http://awkward-moment.1fr1.net/t203-hermes-radioactive

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: non (0/4) + EVENT
MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Lun 18 Nov - 18:56

i don't care, i love it, i don't care
J'étais seul et quasi certain de le rester jusqu'à la fin de ma machine. Étant sans emploi, j'avais choisi l'heure idéale pour éviter tout encombrement et tout dérangement dans la laverie. Et je dansais comme un taré en sous-vêtement sorti tout droit de l'asile. Je m'amusais et c'était bien là le principal. La danse demandait de la technique que je n'avais pas réellement acquis dans une école. Je n'étais pas le meilleur et encore moins le plus talentueux mais je me débrouillais. Certaines de mes anciennes conquêtes n'avaient d'ailleurs pas hésité à commenter ce déhanché qui les avait envoûté sur le dancefloor et conquis au lit. « HEY ! Sympa la danse. C'est ton rituel de rûte, Hem' ? Tu appelles ton mâle pour la reproduction ? » Je me retournais brusquement, surpris par la soudaine présence de Clyde, mon colocataire. Moi qui espérait être seul, je n'avais pas réfléchi au fait que le jeune Littlewood pouvait à tout moment descendre laver son linge sale aujourd'hui. Sans emploi, j'avais pourtant choisi une heure décente pour éviter cette situation. Mais puisqu'il était là, je ne pouvais rien y faire. Alors stoppé dans ma danse et dans mes pas, je fixais le barman dans les yeux avec un sourire en coin sur le visage. La chanson continuant, je levais alors les bras et m'avançais en direction de mon colocataire dans des mouvements de bassin plus que subjectifs.

Je continuais de me faufiler jusqu'à lui, dansant et chantant comme je le faisais avant son arrivée. Alors que je me retrouvais enfin devant lui, je passais mes bras de deux côtés de son corps et dansais plus que jamais de façon collé/serré avec lui. Je le provoquais et je trouvais la situation amusante. Mon visage se glissa alors vers le sien et ma bouche lui susurra quelques mots dans le creux de son oreille. « Mon rituel est d'une efficacité impressionnante, tu ne trouves pas ? Ta présence en est la preuve... » Je lui mordis légèrement le lobe et éclatais de rire. Je ne pouvais me retenir plus longtemps. Je m'écartais alors de Clyde, lui rendant la liberté de ses mouvements. Je sautais alors sur les bancs et faisais signe au jeune homme de me rejoindre. « Bon, tu viens ou quoi ? J'ai besoin d'un partenaire ! A moins que danser à mes côtés ne te fasse peur, petit Littlewood ? » J'haussais alors les sourcils, le provoquant une dernière fois avant qu'il ne choisisse le chemin à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 88 : jeremy Irvine
ARRIVE(E) LE : 15/11/2013
serveur and barman dans un club gay de soho / : vingt-trois ans
célibataire


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: 1/3
MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Mar 19 Nov - 13:47

You're from the 70's, but I'm a 90's b*tch
Je continuais d'observer mon colocataire et ami avec le sourire jusqu'aux oreilles. Choqué ? Gêné ? Ces mots n'existaient pas pour moi. Et, en plus j'avais vu Saint-Clair dans des situations et postures bien plus humiliantes depuis que j'avais emménagé avec lui. Et, que nous partagions notre quotidien avec deux autres colocataires tout aussi barrés que nous, mais à leurs manières. A le voir se déhancher de cette manière, c'est notre voisine Mme Mclewsky, une vieille de soixante-dix ans qui en ferrait une attaque. Mais, moi, j'étais explosé alors que mes paroles semblèrent avoir fait mouche car mon voisin de chambre me rétorqua avec l’aplomb que je lui connaissais. « Mon rituel est d'une efficacité impressionnante, tu ne trouves pas ? Ta présence en est la preuve... » J'en jetais ma tête en arrière tout en rigolant. C'était un secret pour personne tout le monde voulait Hermès. Il était un sacré adversaire en soirée, mais j'étais pas le genre à baisser les bras.

Je laissais notre danseur s'approcher jusqu'à se coller à moi. Je posais mes mains sur les hanches nues sans aucune pudeur. Quand on beurre ses toasts au petit-déjeuner avec les parties à l'air tout en discutant de la soirée de la vielle cela rapproche. Je sursautais à son coup de dent avant de le voir sauter sur son banc. Sa main tendu vers moi. « Bon, tu viens ou quoi ? J'ai besoin d'un partenaire ! A moins que danser à mes côtés ne te fasse peur, petit Littlewood ? » Saint-Clair n'avait pas à m'en demander plus pour que je parte dans son délire.

«Tu rêves, Saint-Clair ! Tes pouvoirs de mutant ne marchent pas sur moi.» plaisantai-je alors que je fis voler mon tee-shirt à l'autre bout de la laverie avec mes yeux de petit déluré branché sous acide. Je me séparai tout aussi rapide de mon jean noir pour finir en boxer blanc Calvin Klein avec son élastique noir. En moi de deux, je sautais sur le banc et venais me coller à notre danseur. Je subtilisai dans le même mouvement l'un de ses écouteurs pour l'enfourner dans mon oreille. Voilà, c'était partit : Laundry Party ! « Met plus fort ! Et, bouge moi tout ça, papy !» lançai-je en commençant les mouvements de hanches subjectifs.  N'importe qui de l'immeuble pouvait à présent rentrer et nous voir, mais je m'en moquais. C'était ces moments qui étaient trop bon. Pourquoi déprimer ? Se prendre la tête ? C'était pas mon style. J'avais bien le temps de tout ça quand je serais vieux ou dans la tombe.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 182 : zac efron
ARRIVE(E) LE : 12/11/2013
sans emploi. / : 24 ans.
célibataire.

http://awkward-moment.1fr1.net/t203-hermes-radioactive

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: non (0/4) + EVENT
MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Mar 19 Nov - 17:54

i don't care, i love it, i don't care
Entre nous, il n'y avait aucun complexe. Depuis les débuts de notre colocation, il n'y en avait jamais eu. Nous nous étions découvert un point commun - et pas n'importe lequel - et nous en jouions avec nos autres colocataires. Pour nous, la nudité n'était pas un problème. Nous exhiber relevait du naturel. Et comme on dit : « Chassez la naturel, il revient au galop ! ». Ces gens, qui avaient un jour trouver cette expression, n'auraient jamais pensé que deux anglais puisses l'utiliser pour se dandiner nu dans leur appartement comme de rien n'était. Comme si c'était une façon habituelle d'être et de vivre en communauté. La surprise passée, nous avions tous deux trouvé notre petit train-train nudiste quotidien et personne ne semblait s'en plaindre. Ainsi, danser en simple boxer dans la laverie n'était pas exceptionnelle. C'était même surprenant que je ne sois pas nu pour le faire. Mais comme notre voisine, Mme Mclewsky âgé de 76 ans, aurait pu faire son apparition et être outré d'une telle vision, j'avais prévu de quoi cacher mon entre-jambe. Finalement, ce n'était pas cette vieille peau qui m'avait rejoint mais Clyde. Mon nudiste préféré. Mon partenaire de jeu. Ma couille à l'air. Mon acolyte de tenue légère. Et tant mieux.

Le provoquant, je cherchais à ce qu'il me rejoigne dans mon délire. Nous étions pareil sur bien des points et pourtant si différent. C'était probablement ce qui faisait qu'on s'entendait merveilleusement bien. Je savais qu'il réagirait à mes provocations. Je savais qu'il me rejoindrait sur ce banc. Mais la question était de savoir quand... « Tu rêves, Saint-Clair ! Tes pouvoirs de mutant ne marchent pas sur moi. » Je ris légèrement. « Et je suis sûr que t'aimerais t'en convaincre. » Lui répondis-je alors que je recommençais à bouger au rythme de la chanson. Cependant, je ne loupais aucun instant déshabillage du jeune Littlewood. Son tee-shirt vola, son jean également et je le retrouvais quelques secondes plus tard contre moi dans la même tenue que la mienne. Il vint se coller à moi et la chaleur de sa peau me donna quelques frissons. Il me déroba alors un écouteur pendant que je fixais son sous-vêtement blanc. Je le laissais faire, voulant qu'il soit lui aussi dans l'ambiance.

« Met plus fort ! Et, bouge moi tout ça, papy ! » Clyde débuta alors ce déhanché que j'observais d'un œil professionnel (ou presque). En tout cas, il était à mon goût et j'en profitais pour le rejoindre dans ses mouvements qui feraient fureur sur le dancefloor. « Le papy t'emmerde bien profondément. » Et pour lui prouver que je n'étais pas aussi désarticulé qu'il le prétendait, je commençais à me frotter contre lui. Mon sexe contre sa cuisse, une main sur sa hanche et l'autre tenant mon Ipod, je continuais de le provoquer tout en lui démontrant que je n'étais pas encore prêt pour la maison de retraite. « Un papy te ferait-il autant d'effet ? » Lui demandais-je sensuellement. Je coinçais alors mon lecteur dans l'élastique de mon boxer, me libérant totalement pour lui montrer qui était le danseur entre nous deux. Je passais alors mes deux mains sur son torse nu et me retournais pour venir coller mes fesses contre son entre-jambe. Je rigolais. Je réservais d'habitude ce genre de provocation aux hommes que je voulais avoir dans mon lit. Mais aujourd'hui, Clyde l'avait cherché. Me traiter de 'papy'... Pour qui se prenait-il franchement ? « A en croire ce que je sens, un certain papy vient de te donner une érection. » Je me stoppais alors subitement et reprenais ma place initiale. Je lui faisais face. Mon regard descendit de son visage à son bas-ventre. J'haussais les sourcils devant cette douce et cruelle vision. Il méritait sa sentence. Il m'avait cherché et récoltait maintenant la monnaie de sa pièce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 88 : jeremy Irvine
ARRIVE(E) LE : 15/11/2013
serveur and barman dans un club gay de soho / : vingt-trois ans
célibataire


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: 1/3
MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   Jeu 21 Nov - 18:14

You're from the 70's, but I'm a 90's b*tch
Maintenant, sur ce banc, rien n'avait d'importance. Être sérieux, responsable. C'était pas notre truc. Vivre le jour comme s'il était le dernier, se retourner la tête en soirée et embrasser des inconnues rien que pour le fun, voilà ce qui nous ressemblait plus. J'appréciais Hermès pour ce côté complétement décomplexé qui nous faisait toujours vivre des bons moments. Il n'y a pas un soir ou c'était pas la fête chez nous où des totales inconnues venaient poser leurs fesses sur notre canapé. Pas mal de gars qui finissaient dans la chambre d'Hermès et beaucoup moins pour moi. Nous étions moi et mon colocataire pas dans la même cour. J'en étais pas frustré ou vexé. Hermès n'avait qu'à agiter ses fesses pour faire tomber les hommes, moi j'arrivais aussi à mes fins même si c'était plus ardus.

Sur ce banc, maintenant à moitié nu, simplement vêtu de mon boxer, j'entendis mon pote de tous les délires me répondre. « Et je suis sûr que t'aimerais t'en convaincre. » Je lui tirais la langue alors que je continuais de me déhancher suite à cette musique que je pouvais entendre à présent à mon tour dans mon oreille. « Je sors pas avec des ancêtres !» Ouais, on avait qu'un an de différence, mais Hermès savait que j'aimais le taquiner là-dessus. Même, s'il avait totalement raison,  qui pourrait dire non aux charmes du beau brun. Il n'avait vu jamais personne dire non sur le dancefloor. Hermès était une arme de destruction massive de sexytitude. En attendant, il était temps de faire bouger nos corps. Je m'agitais contre lui. Nos deux corps chauds l'un contre l'autre était des plus agréable, cela aurait été mentir de dire le contraire.

« Le papy t'emmerde bien profondément. » J'explosai de rire. Et, pour la suite, je l'avais vu faire sur le dancefloor et embrasser les hommes qui l'intéressait. Je le vis se frotter à mon entre-cuisse et le reste, bah, je suis humain. Une bonne barre se forma. J'étais peut-être du genre à me donner aux mecs en soirée, j'étais monter comme un pur-sang. Ce que Hermès s'empressa de me faire remonter, le vilain ! « A en croire ce que je sens, un certain papy vient de te donner une érection. » Je le toisai du regard et je lui répondis du tac au tac. « Pff ! Tu y connais rien. Elle est grosse naturellement.» Mais, si Hermès savait chauffer, je savais en faire de même. Je décidais de lui rendre la monnaie de sa pièce. Je m'empressai de coller ma barre verticale contre son boxer. Me frottant à lui tout en descendant à la manière d'un félin, mes mains caressant ses cuisses et ma bouche s'approchant de son sous-vêtement. Soufflant dessus mon souffle chaud et remontant pour admirer ma propre victoire. « Ça, c'est une érection, Mister Saint-CLair.» C'est lui qui m'avait cherché et il m'avait trouvé. Je remontais pour continuer à danser sur ce banc. On était définitivement barjo !
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« i don't care, i love it, i don't care » (laverie, clyde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» [Film] Love Actually
» [Malte, Marcus] Garden of love
» "A swedish love story"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT AWKWARD MOMENT ... ⚛ Welcome in Brighton :: WELCOME IN BRIGHTON CITY :: NORTH LAINE :: albion hill-