" La vie est un long fleuve tranquille... Lol, le mec qui a dit ça a pas du ramer longtemps... "Ce moment gênant où....♦ T'attends un SMS et tu te rends compte que c'est toi qui n'a pas répondu.♦ Ton père dis un mot en verlant devant tes amis.♦ T'écris quelque chose correctement, mais t'as quand même l'impression d'avoir fait une faute.♦ Tu fonces dans l'armoire et que tu ne te retrouve pas dans le monde de Narnia.♦ Tu sors de la douche et que tu réalises qu'il n'y a pas de serviette.♦ Tu réalises qu'il n'y a plus de papier toilette.♦ "Il" est en faite "elle".♦ Un mec a de plus gros seins que toi.♦ T'es le seul à rire de ta blague.♦ T'as quelque chose de drôle à dire mais le sujet de la conversation a déjà changé.♦ Quelqu'un est accusé d'une chose que t'as faite.♦ En lançant ton portable sur ton lit, il rebondit sur le mur, fait tomber un verre et tue ton chat.
On dit que la vie est belle, qu'elle est simple, mais bordel,ça aurait été beaucoup plus facile avec un mode d'emploi non ? Ça éviterait au moins d'avoir l'air con.
29/10/13 ● création du forum. 09/11/13 ● ouverture du forum. 01/12/13 installation de la deuxième version du forum.
THAT AWKARD MOMENT est la propriété de ses administrateurs. L'intégralité du design a été réalisée par leur soin.Merci de respecter leur travail et celui de leur membre. Toute copie sera signalée et sanctionnée.

aides-nous en faisant remonter le sujet du forum régulièrement ♥
► votes pour TAM toutes les deux heures sur les top-sites ♥
La loterie de Noël est arrivée, n'hésitez pas à acheter votre ticket, pleins de lots à gagner !
RENDEZ-VOUS ICI
TOP PARTENAIRES
Nous demandons un minimum de 5 lignes dans les posts ainsi qu'une orthographe convenable. Pour les pseudos, nous autorisons au maximum une initiale. Par soucis d'esthétisme.
harlow
ivo-leone
L'équipe de TAM vous souhaite la bienvenue ♥
N'oubliez pas de visiter notre tumblr : ici, nous tentons de le mettre à jour le plus régulièrement possible.
HERMES ET FOX ONT ETE ELUS MEMBRE DU MOIS ♥
tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.
le forum a revêtit sa deuxième version, nous espérons qu'elle vous plaira grandement !
des nouveautés sur le tumblr ! -> ici + DONNER VOTRE AVIS -> ici

Partagez | .
 

 tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Posts : 86 : dawid auguscik.
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
magicien de rue + barman. / : vingt-deux ans.
marié. bah oui, elle s'appelle Juliette et c'est un golden retriever.

http://awkward-moment.1fr1.net/t101-tu-nous-entends-le-blizzard-

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: of course.
MessageSujet: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Dim 10 Nov - 23:12

J'observe les derniers clients sortir du bar. Mes yeux crochètent immédiatement l'horloge murale. Trois heures vingt-huit. Bordel, ils sont restés tard ! C'pas que j'suis fatigué mais bon. Si, un peu. En même temps, j'fais pas parti des barmans qui se lèvent à quinze heures de l'aprem. Moi j'bosse, demain ! Même si c'est faire des tours de cartes aux passants. Je me tourne vers Fox. « Longue soirée ! » Je m'approche, avec mon torchon, attrapant quelques verres pour finir les dernières corvées qui nous sont laissées. Le patron n'est plus là, lui il se barre bien avant la fermeture ! Y a plus que nous. Je dépose le verre, observant mon collègue à la dérobée. Encore « collègue », il a longtemps été une sorte de coach dans le métier, pour moi. C'est un peu lui qui m'a tout appris, ici. J'lui dois une fière chandelle, d'ailleurs, il m'a vraiment bien tout enseigné. Même si parfois, j'surprends un peu mes yeux à se balader sur son corps avec une certaine insistance. J'espère qu'il l'a jamais remarqué. Ça la fout mal, s'il est hétéro, quoi. Je dépose enfin le dernier verre sur l'étagère et jette le torchon sur le comptoir dans un geste désinvolte. J'étire mes articulations endolories. « Bon allez, on va fêter une soirée si longue, qu'est-ce que je t'offre à boire ? » fais-je en me tournant vers le brun, nos regards aussi bleus l'un que l'autre s'accrochant brièvement. Je me noierai dans ses prunelles claires, je crois. Avec un sourire espiègle et effronté, je me tourne vers tous les tiroirs, les bras écartés, le regard brillant. « On peut dire qu'on est au bon endroit, t'as le choix ! » Je croise les bras, attendant sa réponse, en me rapprochant légèrement de lui. C'est vrai qu'il est plutôt pas mal, ce Fox.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 104 : AARON TAYLOR-JOHNSON
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
auteur/scénariste freelance ; barman durant les weekends / : vingt-trois ans, toutes mes dents, mes poils de cul et mes dix doigts.
célibataire pour le meilleur et pour le pire.


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: toujours disponible pour un rp.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Lun 11 Nov - 0:38

tu connaîtras les nuits fauves
teddy ; fox

Il était en train de nettoyer les derniers verres qui restaient sur le comptoir quand il vit les derniers clients partir. Il soupira de soulagement et un sourire s’afficha sur ses lèvres. Heureusement que demain matin, il ne bossait pas. Le zoo l’embauchait les après-midis et lui offraient ses matins car ils savaient que Fox avait un double-emploi. Il rangea un peu les bouteilles qui trainaient autour du comptoir tout en regardant les hommes et femmes de ménage s’affairaient pour finir les derniers détails nettoyages. Ils partirent rapidement car ils avaient des vies à eux et que rester dans cet endroit finissait par les saouler au plus haut point. Fox se contentait de passer un peu le balai à son bar et il sourit quand il entendit Teddy soupirer de soulager sur la soirée qu’ils venaient de passer. Il adorait ce garçon. Il le trouvait terriblement à son goût et il n’avait aucune idée du bord où il était. Ca faisait un moment que Fox reluquait son apprenti avec un œil différent et il ne savait pas vraiment ce qu’il voulait. Il avait l’air d’être hétérosexuel mais il avait l’habitude de ne pas juger un livre à sa couverture. Souvent, les apparences étaient trompeuses. « A qui le dis tu ! J’ai cru qu’elle ne finirait jamais. » Il riait légèrement, de son rire cristallin qui pouvait envouter une pièce et il accepta la proposition de son collègue car il avait terriblement soif. Voir tout cet alcool et ne pas pouvoir en gouter le nectar avait été très difficile, alors la possibilité de boire un peu était vraiment un luxe après un travail si fatiguant. Il avait envie de tester quelque chose mais il n’était pas sûr que ça puisse fonctionner. Il n’était pas au courant des dérives sexuelles de Teddy mais il voulait tenter sa chance. « Tu sais ce que c’est, une tequila léché ? » Il constata par le regard de son interlocuteur que non. Mais il sentit autre chose dans l’air. Une tension palpable se fit sentir et Fox prenait tout son temps. Il espérait ne pas être repoussé par Teddy s’il était hétéro mais il fit quand même l’expérience. Il prit un citron dans le frigo, le sel sur dans le pot qui était posé sur le comptoir et attendit que Teddy verse la tequila dans un shooter. Il s’approcha un peu de son ami et pressa le citron le long de sa gorge. Il vit le liquide couler sur l’artère de son cou et il trouvait cela terriblement sexy. Il pinça ses lèvres avec un sourire sensuel et il fit glisser un peu de sel à l’endroit où le citron dégoulinait. Il prit son verre entre son pouce et son index et avala cul-sec l’alcool qui trainait dedans. Il ne savait pas s’il avait le droit de continuer plus loin et il attendit l’autorisation, quoique non-verbale, de son collègue de bar.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 86 : dawid auguscik.
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
magicien de rue + barman. / : vingt-deux ans.
marié. bah oui, elle s'appelle Juliette et c'est un golden retriever.

http://awkward-moment.1fr1.net/t101-tu-nous-entends-le-blizzard-

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: of course.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Lun 11 Nov - 16:33

« A qui le dis tu ! J’ai cru qu’elle ne finirait jamais. » C'est, bizarrement, la même impression que j'ai aussi. Mais je ne réponds pas, bien trop occupé à l'entendre rire. C'est comme s'il venait de me jeter un filet sous les pieds et que je me préparais à plonger dedans consciemment. Son rire, c'est à ce moment-là un peu comme mon chant des sirènes. J'attends qu'il choisisse ce qu'il veut boire, je le déduirai de ma paye, mais à mon humble avis, on a bien mérité ça ! « Tu sais ce que c’est, une tequila léché ? » Je fronce légèrement les sourcils. « Mh.. Non, j'crois pas. » je réponds avec un sourcil haussé, les lèvres étirées en un sourire étrange. En fait, ça me laisse bien deviner quelque chose, mais je préfère qu'il me surprenne. Dans l'air, une espèce de tension s'est mise en place, si bien que j'ai du mal à décrocher mon regard de ses faits et gestes. J'dois soudain avoir l'air d'un gamin complètement paumé, mais il me fascine, ce type. Avec ses boucles brunes, ses yeux d'eau, et ses bras musclés. En reprenant un minimum de contenance, je sers deux verres de shots, avant d'observer ce qu'il sort du frigo. Un citron. Ça me dit quelque chose, tout ça. Autant je fume comme un pompier, autant me mettre minable n'est pas dans mes petites habitudes, du coup, y a pas mal de choses dont j'ai pas forcément l'habitude. Je m'approche, et il s'approche aussi; la distance qui nous sépare est risiblement déconcertante. Je ne bronche pourtant pas lorsqu'il presse le fruit au creux de mon cou, observant seulement chaque expression de son visage. Son sourire, c'est comme un affront. Un appel aux vices, et je commence à douter de son orientation. Il est plus de trois heures et demies du matin, on est seuls... Non, bon, ok j'arrête de m'imaginer un tel scénario. Il boit cul sec son verre et semble me demander mon autorisation. Je la lui donne d'un simple sourire effronté. Par curiosité, pour voir s'il va aller jusqu'au bout. Même si je ne sais pas vraiment où est-ce que se situe le « bout », en réalité. Et, désireux soudain de le provoquer encore un peu, comme pour être sûr d'une intuition qui nait en moi progressivement, je m'approche encore d'un bas, attrapant le bout de citron qu'il reste et qu'il vient de presser dans mon cou, pour venir le caler entre mes deux. Mes yeux, assombris brièvement par des idées loin d'être innocentes, ne le lâchent pas. Parce que si je me prends un vent là tout de suite, j'aurai moins d'entrain à venir bosser demain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 104 : AARON TAYLOR-JOHNSON
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
auteur/scénariste freelance ; barman durant les weekends / : vingt-trois ans, toutes mes dents, mes poils de cul et mes dix doigts.
célibataire pour le meilleur et pour le pire.


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: toujours disponible pour un rp.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Lun 11 Nov - 23:14

tu connaîtras les nuits fauves
teddy ; fox

Il avait fini par comprendre les côtés sexuels de son collègue de travail car s’il avait été hétérosexuel, voire même homophobe, il ne l’aurait jamais laissé approcher de son cou de cette manière. Sans lâcher le regard, d’un bleu azur dans lequel on pourrait se perdre, de Teddy, il passait sa langue entre ses lèvres et frissonna presque de plaisir quand il vit que ce dernier suivait ce qu’il faisait en mettant le citron entre ses dents. Fox glissait sa langue le long de ses dents comme pour montrer la satisfaction qu’il prenait à jouer à ce petit jeu mesquin et sensuel. Il posait une main sur la hanche de l’autre homme de la pièce et pressait légèrement son haut entre ses doigts. Il penchait son cou lentement, car l’action au ralenti rendait la tension atmosphérique cent fois plus élevé qu’auparavant. Il approcha de son cou et laissa son souffle s’écraser dans la nuque de Teddy. Sa langue glissa le long du liquide transparent, la tequila lui piquant le nez légèrement car elle était mélangée avec le citron et le sel, et c’était terriblement excitant. Une fois le cristal salin sur la langue, il se recula légèrement. Il regardait Teddy droit dans les yeux et il se pencha en avant pour venir récupérer le citron entre ses dents, les lèvres se frôlant à peine pour donner à la frustration ce côté électrique et tendu qui faisait le charme de la tension sexuelle. Il aimait ce genre de situation qui excitait tout le monde ; l’avant, le before. Cette tendance à provoquer l’autre sans pour autant céder à la tentation car c’est ce qui faisait le charme de toute tentative en dessous de la ceinture. Il ne lâchait pas pour autant la hanche de l’objet de son désir ponctuel, l’attirant même à lui un peu plus, collant son bassin à Teddy, sans lâcher le citron qu’il continuait à sucer pour en savourer le nectar. Il était déjà dur comme de la pierre tant il était excité par la situation. En d’autres termes, il bandait comme un cheval. Son boxer était devenu trop petit, son jean était bien trop étroit et il fallait absolument y remédier. Mais il avait la particularité d’aimer voir les autres prendre leur pied pour prendre le sien. C’était comme ça qu’il fonctionnait. Son désir était le désir des autres, car il aimait savoir qu’il pouvait faire cet effet là. Il enlevait le citron de la bouche du tatoué et cracha ce bout dans l’évier. Il se retourna donc ensuite vers les lèvres citronnées de l’homme venir passer lentement son pouce sur la trace humide qui résidait encore dans son cou. « Tu aurais bien besoin d’une douche avec moi pour t'enlever ce citron... » Il sourit en coin, comme seul un Hogan savait le faire. Il était juste désireux d’assouvir un désir qui l’obsédait depuis ces dernières minutes. Il voulait juste attendre que ça soit Teddy qui fasse le premier pas, pour savoir si le désir était réciproque ou s’il se faisait des illusions.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 86 : dawid auguscik.
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
magicien de rue + barman. / : vingt-deux ans.
marié. bah oui, elle s'appelle Juliette et c'est un golden retriever.

http://awkward-moment.1fr1.net/t101-tu-nous-entends-le-blizzard-

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: of course.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Mar 12 Nov - 18:25

Le coeur battant, je l'observe, détaillant tous ses faits et gestes. Lorsque sa main se pose sur ma hanche, j'ai l'impression qu'il m'électrocute. Je réalise alors que j'ai envie de ce contact depuis un moment. Peut-être pas depuis ce soir, même. Il se penche vers mon cou avec une telle lenteur que je trépigne de l'intérieur, mes dents serrées pour contenir des pulsions trop violentes. Mes mains glissent le long de ses côtes pour venir attraper son bassin et le tenir fermement, comme pour ne pas le laisser s'échapper. Ses lèvres et sa langue dans mon cou me font fermer les yeux, sentant monter en moi une douce excitation. Il se recule et j'ouvre les yeux, croisant ses prunelles océaniques. Je le fixe, sans rien dire, parce que dans des moments comme cela, le silence semble plus enclin. Il s'approche, et je maudis ce foutu citron entre nous, tant je suis forcé de réprimer mon envie furieuse de l'embrasser. D'enfin connaître le goût de ses lèvres, comme si d'être enfin sûr que nous partageons une partie de notre orientation sexuelle atomisait tout mon ressenti. Alors que nos lèvres se frôlent toujours avec indécence, je sens sa main toujours sur ma hanche, et c'est même autre chose que je sens là, contre mon bassin. Le sentir ainsi affecté ne peut soudainement qu'amplifier mon désir, rendant au fil des secondes mon excitation bien plus visible. Chose qu'il peut certainement sentir, imprimé là au creux de nos bassins accolés, seulement séparés par deux couches de vêtements. « Tu aurais bien besoin d’une douche avec moi pour t'enlever ce citron... » me dit-il alors après m'avoir débarrassé du citron. Il est doué, ce con ! Mes yeux bleutés s'assombrissent de désir, et un sourire similaire au sien vient dérober mes lèvres. « Avant ça, il faut que je boive mon verre, moi aussi.. » murmuré-je lentement entre mes lèvres, en me penchant alors vers lui pour récupérer mon verre, resté sur le comptoir, dans son dos. Mes lèvres viennent effleurer les siennes très – trop – rapidement mais s'en dérobent vite une fois que j'ai saisi le shooter entre mes doigts. Cette fois, je trempe mon doigt dedans avant de venir l'appliquer au creux du cou de Fox, lui laissant une estafilade de tequila, avant de le saupoudrer de quelques cristaux de sel. Sans le lâche des yeux, je lui offre alors un clin d'oeil, son corps toujours imprimé contre le mien, nos désirs respectifs comprimés l'un contre l'autre. Dans une étreinte aussi délicieuse qu'intenable. Il aime faire durer ? Tant mieux. Moi aussi. J'enfile le liquide qui vient me brûler la trachée. Juste après, alors que je me penche vers lui aussi lentement qu'il m'a fait languir auparavant, mes mains se détachent de ses hanches pour venir saisir ses poignets. Mon corps avance légèrement, le forçant à se reculer, pour que son dos cogne doucement contre le comptoir. Satisfait de le savoir ainsi bloqué, je dépose alors mes lèvres dans son cou, laissant mes dents mordiller très légèrement sa peau, avant de me dérober. Je le regarde fixement, comme si mes lèvres allaient se river aux siennes... mais je n'en fais rien. La tension est palpable, elle comprime mes poumons et fait grimper mon envie toujours plus encore, mais j'adore ça. Dans un sourire effronté, je lâche alors un simple : « Voilà, je crois que maintenant, on est tous les deux prêts pour la douche. » Les vestiaires. Les douches. Peu importe où, peu importe comment, mais on sait tous les deux comment ça va se terminer à présent. Mon désir me consume de l'intérieur, mais c'est une douleur si agréable que je m'en délecte avec patience. Totalement conscient que j'ai depuis longtemps perdu le contrôle de la situation et de mon corps – ce qui ne passe certainement pas inaperçu pour lui – je me jette donc vivant dans la gueule du loup, en attendant qu'il fasse à son tour un pas de plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 104 : AARON TAYLOR-JOHNSON
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
auteur/scénariste freelance ; barman durant les weekends / : vingt-trois ans, toutes mes dents, mes poils de cul et mes dix doigts.
célibataire pour le meilleur et pour le pire.


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: toujours disponible pour un rp.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Mer 13 Nov - 18:16

tu connaîtras les nuits fauves
teddy ; fox

Il sentit son corps se contracter sous l’effet du plaisir que lui procurait les caresses promises de Teddy. Il était dans un état secondaire, comme si c’était normal de ressentir autant d’émotion à la fois. La langue de ce dernier vint effleurer le cou de Fox avec une chaleur qui lui offrit le frisson de sa vie. Il n’avait envie que d’une chose : baiser Teddy, là, sur ce bar, comme si quelqu’un pouvait pénétrer dans le bâtiment dans la seconde et les choper en train de se frotter l’un contre l’autre. L’interdit était une chose exquise qu’il adorait gouté constamment, comme si l’arôme était aussi enivrant qu’un aphrodisiaque. Ses jambes tremblaient un peu. Quand le frisé buta contre le comptoir et qu’il n’eut plus la possibilité de bouger, il sentit son désir s’accroitre de plus en plus. Il n’avait plus la capacité de respirer correctement, car sa respiration était saccadée et son souffle s’écrasait contre le visage de Teddy. Les dents de ce dernier étaient en train de rendre Fox complètement dingue, pour le faire trembler littéralement sous le poids de son corps. Il était terriblement excité, et ça se ressentait. Il avait envie de tout. De prendre, de se faire prendre. De sucer, de se faire sucer. Putain, c’était terriblement jouissif d’être avec Teddy. Ca faisait bien quelques temps qu’il pensait à lui dans des positions bien plus suggestives que ce à quoi il pensait à la base, comme un apprenti et son maitre de formation. Ses idées n’étaient plus très claires quand il le voyait servir ses clients, se passer la main sur le front car il transpirait. Il rêvait de le faire transpirer par d’autres moyens que le boulot. Il se laissa aller à un léger sifflement de plaisir qui glissa entre ses dents pour exprimer ce qu’il ressentait. Il sentait que Teddy avait une emprise sur lui et ça ne le gênait pas plus que ça. Il n’avait pas vraiment pas de préférence sur être dominé ou être dominant, mais la situation était tout à fait désirante. Fox ne peut résister une minute de plus. Il sentait qu’il allait exploser de l’intérieur, se consumer petit-à-petit s’il n’avait pas l’emprise sur au moins les lèvres de Teddy et il fit lâcher prise à son amant pour un seul poignet –l’autre restant coincer volontairement et sensuellement entre les doigts chaud d’un Teddy tout aussi excité qu’un Fox. Il passa une main sur le cou du tatoué et il tira d’un coup en avant pour plaquer ses lèvres contre les siennes. Un poids s’enleva de son estomac, remplacé par un autre qui était beaucoup plus léger et beaucoup plus chaud. Son bas-ventre se mit à battre légèrement, se pressant du désir que les corps s’offraient mutuellement à travers un contact chaud de peau contre peau. Il pencha la tête légèrement sur le côté, sa langue glissant entre les lèvres de Teddy pour venir l’arracher à son possesseur. Le bassin de Fox ne put s’empêcher de se coller contre celui en face de lui, l’érection du plus vieux d’un an se collant indubitablement contre celui du plus jeune. C’était juste tout à fait excitant de sentir la verge dure de Teddy, qui était visiblement dans le même état que Fox. Il recula légèrement pour tout en revenant à la charge contre les lèvres, tout en prononçant des mots à travers une respiration brisée par l’appétit sexuel qui dévorait sa personne. « Oh Teddy. J’ai envie que tu me baises putain… » C’était loin d’être romantique, mais c’était du Fox tout craché. Il était vulgaire mais il n’allait pas changer pour autant. Il voulait de Teddy plus que tout, à la seconde même où la dernière personne avait quitté le bar. Il passait sa main avec envie et vitesse sous le haut de son sexy apprenti, tout en remontant le bout de ses doigts sur son torse bien dessiné. Un vrai mec, foutu comme un dieu grec.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 86 : dawid auguscik.
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
magicien de rue + barman. / : vingt-deux ans.
marié. bah oui, elle s'appelle Juliette et c'est un golden retriever.

http://awkward-moment.1fr1.net/t101-tu-nous-entends-le-blizzard-

LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: of course.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Ven 15 Nov - 15:20

Je me sens déjà incapable de garder un contrôle sur moi-même. Je crois que c'est fini, ce temps-là. Le temps où je me contentais de le regarder, et d'imaginer milles et unes scènes entre lui et moi, dans mon lit, sous ma douche, partout. Non, maintenant, c'est du concret. Son corps contre le mien me brûle. Mais c'est une brûlure que j'adore. Je ne peux même pas me réjouir de l'effet produit chez Fox, car il exerce le même pouvoir sur moi, sur mon corps, qui lui répond au quart de tour. Je le maintiens piégé, comme si ça m'assurait d'avoir le dessus. Alors que je termine à peine de nettoyer son cou de toute trace acidulée, je sens qu'il essaie de se dégager une main, et le laisse faire, abandonné. Il attire soudain ma nuque à lui, et ses lèvres contre les miennes m'arrachent une brusque bouffée de chaleur, qui se répand dans tout mon être, et surtout jusqu'à mon entrejambe. D'ailleurs, je le sens aussi à l'étroit que moi, et ça me rassure un peu, je ne suis donc pas le seul à être pétrifié dans une excitation complètement foudroyante. Je lui offre ma langue, qu'il prend en otage. Dans un état second, je m'entends à peine lâcher quelques soupirs rauques à même ses lèvres, mon bassin ondulant péniblement dans le sien, frustré de se voir séparé de son camarade par d'épaisses couches de jeans. « Oh Teddy. J’ai envie que tu me baises putain… » Ses mots terminent de réveiller en moi l'animal tapi, aux aguets. Je peine à respirer, entre ma respiration coupée et ses lèvres qui dévorent les miennes. Je sens des pulsions primitives prennent possession de mon être, et de mon esprit. J'ai oublié tout le reste. Le jour qu'on était, l'heure, que c'est mon collègue de boulot, qu'on peut nous chopper, tout. Il ne reste que lui et moi, perdu dans les limbes d'un désir sans fin. Ses mains m'électrisent et mon ventre se contracte légèrement, tandis que je lâche un soupir brûlant de hâte et de plaisir. Je lui mords la lèvre avec fougue, avant de passer ma main maintenant libre dans ses cheveux frisés, les empoignant fermement pour lui rejeter la tête en arrière, déliant nos lèvres. Lèvres qui viennent alors courir sur son cou, en le parsemant de baisers de plus en plus incendiaires. Je me dégage soudain de son emprise. Mais avant qu'il ait pu se rendre compte qu'il était « libre », son corps manquant déjà au mien et n'y laissant qu'une empreinte froide, je le retourne d'un mouvement vif, mes lèvres revenant de nouveau laisser leur marque sur son cou, puis sa nuque. Mes mains empoignent ses hanches pour venir fondre mon bassin contre le sien, avant qu'elles ne se dégagent pour passer devant lui, et défaire à l'aveuglette sa ceinture, avec la maladresse de l'impatience. Tremblant de frustration, je finis par y parvenir, posant enfin mes mains sur l'objet de mes désirs soudains. Si j'affirme ma domination en le maintenant ainsi, je sais que je me fiche de l'issue. Peu importe qui, peu importe comment. Je veux juste le sentir plus près de moi qu'il ne l'a jamais été jusque là. « J'ai envie de toi, Fox.. » lui susurré-je à l'oreille d'une voix enrouée par le désir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 104 : AARON TAYLOR-JOHNSON
ARRIVE(E) LE : 09/11/2013
auteur/scénariste freelance ; barman durant les weekends / : vingt-trois ans, toutes mes dents, mes poils de cul et mes dix doigts.
célibataire pour le meilleur et pour le pire.


LIFE IN BRIGHTON
REPERTOIRE:
Dispo pour Rp: toujours disponible pour un rp.
MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   Ven 15 Nov - 18:08

tu connaîtras les nuits fauves
teddy ; fox

Le corps de Fox réagit excessivement, et ce n’est pas de la simulation. Il ne peut résister à l’appel sexuel que lui offre Teddy, ses mains tremblent à n’en plus pouvoir, comme si le pouvoir des phéromones était incontrôlable, contre la volonté de vouloir gérer la situation. Il était impossible pour Fox d’être un homme comme un autre. Il n’avait pas la possibilité d’être maitre de ses émotions, de ses sentiments et de ses désirs quand c’était Teddy qui menait les rennes d’un acte qui dépassait les pensées les plus catholiques au monde. Deux hommes qui ne pouvaient plus contenir leur dépendance physique mutuelle. Fox avait envie de son comparse plus que ce qu’il pouvait imaginer, ses lèvres contre les siennes qui brûlaient, s’embrasant dans la nuée d’un regard qui enlacé leur sens pour les consumer petit à petit. Quand son amant passait sa bouche à la peau de son cou, pour venir l’embrasser dans une sensualité qui ne manquait pas de sensualité, il ne put que lâcher un léger soupir de plaisir qu’il ne voulait pas cacher ou retenir. Il était trop en transe, dans un état de catatonie totalement, il avait besoin de montrer à Teddy qu’il était à lui de toutes les manières possibles et inimaginables. Il adorait l’emprise qu’il avait sur lui, et quand il sentit le recul de ce dernier, il ne put que s’interroger l’espace d’une seconde (pas plus) sur ses intentions, jusqu’à ce qu’il le retourne complètement pour plaquer sa verge bien dur contre les fesses d’un Fox complètement à la merci du tatoué. Il n’avait plus de place dans son jean pour contenir son érection qui était de plus en plus imposante, la douleur d’un amoncellement de sang trop important qu’il fallait à tout prix soulager. Les mains de Teddy vinrent directement chercher ce que Fox voulait depuis le début et il lâcha un gémissement couplé à un grognement. Il pencha sa tête en arrière pour bomber son torse et poser sa nuque contre l’épaule de Teddy. Il passa une main dans son dos pour venir frotter le sexe aussi dur que le sien qu’il avait sous la main. Il la glissa dans son boxer, sans passer par l’étape « je te retire ton jean, puis ton boxer » mais directement en allant droit au but. La voix tremblante de désir de Teddy excita davantage Fox qui sentit son sang battre dans sa queue érigée pour le plaisir des mains qui le touchaient. Hogan se mit à frotter entre ses mains la virilité dressée de Lamartine, en faisant des mouvements de va et vient. « Moi aussi, Teddy… Prends-moi sur ce bar. Prends-moi, et ne sois pas tendre. » Il avait besoin de sexe bestiale, mais c’était surtout qu’il voulait sentir Teddy profondément en lui, dans tous les sens possibles.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.   

Revenir en haut Aller en bas
 

tu connaîtras les nuits fauves. ≠ FOX.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Nuits de Musset
» Nuits Sonores 2010 | 12-16.05.10 | Lyon
» [Barker, Clive] Abarat - Tome 2: Jours de lumière, nuits de guerre
» [Meyer, Stephenie & autres auteurs] Nuits d'enfer au paradis
» Les nouveaux fauves allemands - Baselitz Histoire de l'Art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT AWKWARD MOMENT ... ⚛ Welcome in Brighton :: WELCOME IN BRIGHTON CITY :: HANOVER-